21 mars 2006

La carotte

Ecrit par Jimmy

CarotteJe sors à l'instant d'une réunion d'avant projet, pour un très gros projet sur lequel je vais travailler dès demain.
Nous serons 4 dans l'équipe et nous aurons un peu moins de 2 mois pour finir ce projet (livraison interne prévue pour le 15 mai), vous allez pensez 2 mois pour un gros projet c'est vraiment très peu ... oui c'est peu mais les patrons taiwanais ont un secret : la carotte.


C'est donc une grosse prime qui va nous motiver et nous faire travailler vite et bien, notre patron a décider d'offrir 200000 NT$ (environ 5000 euros) à l'ensemble de l'équipe si nous terminons pour le 15 mai, dans sa grande générosité il nous accordera aussi 1 jour de vacance (ce qui est bien vu que je n'ai que 7 jours de congés payé par an) et si nous terninons avec 15 jours d'avance il rajoute 30000 NT$ à partager entre les membres de l'équipe et 1 jour de vacances supplémentaire.
Pas mal non ? Et pour nous motiver encore plus nous avons même droit à des pénalités de retard : 10000 NT$ seront enlevés à l'enveloppe de 200000 NT$ par jour de retard ... y'a pas à dire les patrons taiwanais savent motivés leur troupes !


Bien entendu à projet spéciaux correspondent des conditions de travail particulières, pendant ces 2 mois nous n'auront plus à nous plier aux règles de ponctualité de l'entreprise, ce qui veut dire qu'on pourra arriver avant 9h le matin et partir après 18h30 le soir ;-) et exceptionnelement on pourra travailler le weekend et même dormir au bureau (avec le repas offert pas la boite) ... à qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour quelques euros ;-)

6 Commentaires :

  • Et bien on risque pas de te voir avant deux mois...

    Par Blogger Julien, le 21 mars 2006 à 18:52  

  • Eh ben moi je serais vous je motiverais les facs et les lycées et les syndicats pour descendre dans la rue et demander l'interdiction de ce genre de pratique ! A bas le CPE ! ;) Non je plaisante, c'est bien les carottes, mais ça soulève quand même la question des conditions de travail du point de vue social : jusqu'où est-on prêt à se laisser exploiter ? En ce qui me concerne, tout travail évité est autant de temps de loisir gagné. Et quand j'aurai gagné à la loterie ou épousé une riche héritière je resterai couché toute la journée !!!

    Par Anonymous Lemming's, le 22 mars 2006 à 17:12  

  • lemmings,
    je ne pense pas qu'il s'agisse d'exploitation si un compensation financière est à la clé.
    Maintenant, si tu veux parler de la France, les PB ont été amplifié avec les 35h qui est une connerie encore plus grosse que le CPE (pour lequel j'aimerai voir ce que ca donne avant d'avoir un avis). Ce qui est amusant, c'est que ceux qui étaient pour les 35h sont ceux qui manifestent en ce moment, ceux qui descendent dans la rue des que quelqu'un fait quelque chose.

    Par Anonymous Eric M., le 22 mars 2006 à 20:11  

  • Bon ben !!! si j'ai bien compris (comme Julien) pendant 2 mois tu vas bosser comme un dingue avec une carotte comme objectif ???
    Fais gaffe les carottes Taiwanaises ne sont pas tendres...
    Bon courage !!!!!

    Par Blogger Chris 童可斯, le 23 mars 2006 à 02:27  

  • Finalement rien à dire !!! Les Taiwanais sont vraiment forts pour motiver leurs troupes... Belle carotte en perspective, quelques nt$ te feront du bien et 1 jour sup ici c'est apreciable...
    Simplement je croise les doigts pour que ton équipe arrive à tenir les délais... Bonne Chance ;o)
    et Merde comme l'on dit chez nous.

    Par Blogger Chris 童可斯, le 23 mars 2006 à 11:19  

  • Pour répondre à Eric, je vais me positionner clairement.
    - Je suis pour les 35 heures. Dans notre société où la rationnalisation et l'automatisation sont reines, il y a de moins en moins de travail à effectuer, donc un raisonnement logique conduit au partage du travail entre les personnes. Je suis pour les 32 heures, pour les 29 heures, etc. jusqu'à ce que tout le monde ai du taf. Ou alors, les plus hargneux décrochent le travail à pourvoir, et cotisent lourdement pour payer du chômage à ceux qui n'ont pas de travail. Certes dans le contexte libéral actuel, la France perd en compétitivité, mais devons-nous reculer sur le plan social ? Regardons ce qu'étaient les conditions de travail il y a un siècle, et demandons-nous si nous préférons revenir en arrière... Je choisis la voie qui consiste à travailler toujours moins et profiter de la vie toujours plus. Et je m'en remets à la population pour choisir ce qu'elle veut, dans notre pays démocratique. Par ailleurs, si ce n'est pas la France qui montre au monde des voies de progrès social, quel autre pays le fera ?
    - Je ne suis ni pour ni contre le CPE, bien que farouchement anti-libéral. Je pense que nous avons besoin de recul pour juger les CPE/CNE, qui pourraient tout à fait relancer l'emploi en assouplissant les règles (mieux vaut un emploi précaire que pas d'emploi du tout, eh oui) et en simplifiant le code du travail (les CPE/CNE doivent à terme remplacer tous les autres contrats, si j'ai bien suivi).
    - Ce qui me gène dans l'histoire de la carotte, c'est qu'une personne devient capable de sacrifier son temps de loisir pour gagner toujours un peu plus d'argent. C'est un coup à se retrouver à la retraite en n'ayant rien fait de ses 40 dernières années ! J'en ai l'expérience : quand je travaillais en Suisse, j'avais un intéressement annuel sur mon travail effectué, et mon intérêt financier était donc de ne pas prendre de vacances et d'éviter d'utiliser mes arrêts maladie.
    Je souhaite donc un monde plus équilibré, tant au niveau du travail que des revenus : moins de sans-emploi, mais donc, contrepartie logique, des revenus individuels répartis. En d'autres termes : une meilleure redistribution des richesses.
    Nota : j'ai une bonne situation et je gagne bien ma vie ; mon discours va à l'encontre de mon intérêt personnel. Mais je m'efforce de réfléchir non pas en fonction de mon intérêt personnel, mais en fonction de ce que j'estime être l'intérêt de la société dans son ensemble.

    Par Anonymous Lemming's, le 23 mars 2006 à 17:59  

Enregistrer un commentaire

<< Accueil